AccueilPlan du siteContact
Espaceur
Espaceur

Sénatrice du Finistère & Membre du Conseil de l'Europe
 

FacebookTwitter

    • bd maryvonne blondin cache.png
    • tof1.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • tof2.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • qm09 2420664 2 px 501  w ouestfrance .jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • 253841387 jean pierre chevenement elu senateur charles millon et dominique paille.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • IMG 7234.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • IMG 7427.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • IMG 7456.jpg
 
Zoom
      • Culture et Communication
      • Les frais de sécurité des festivals

      • Date de publication
      • 30/11/2018
          • Suite à l’article paru hier dans le Télégramme concernant les frais de sécurité des festivals, Maryvonne BLONDIN, Sénatrice du Finistère souhaite rappeler l’important travail mené par le Groupe d’études sur les arts de la scène, de la rue et des festivals en région du Sénat, dont elle est vice-présidente, sur cette question. C’est une préoccupation récurrente pour la Commission de la Culture du Sénat et un sujet d’échanges réguliers avec les Ministères de l’Intérieur et de la Culture.

            En juillet dernier, lors de la venue de Françoise NYSSEN aux Vieilles Charrues, cette question a été évoquée avec le Président, Monsieur MARTIN, le Directeur des Eurockéennes de Belfort et bien sûr, les représentants de l’Etat et les forces de l’ordre. Ce qu’il faut retenir, c’est avant tout la nécessité de travailler, en toute confiance et sincérité, avec les services de l’Etat, bien en amont de la date du festival et Monsieur MARTIN a tenu à souligner la qualité des relations avec la Préfecture.

            Effectivement, depuis les attentats de 2015, le renforcement de la sécurisation des manifestations culturelles est devenu un enjeu incontournable et nécessaire qui constitue un accroissement des charges financières important pour les structures dont la viabilité se trouve parfois menacée. En 2015, un Fonds d’urgence pour le spectacle vivant a été créé par le Gouvernement d’alors afin de soutenir les entreprises du secteur privé du spectacle vivant et les entreprises subventionnées entrant dans le champ de la taxe sur les spectacles qui connaissent des difficultés liées aux surcoûts engendrés par le renforcement des mesures de sécurité.

            Or, la disparition de ce fonds prévue pour fin 2018 mais exceptionnellement reconduit pour 2019 à hauteur de 2 millions d’euros, ainsi que la publication de l’instruction ministérielle relative à l’indemnisation des services d’ordre le 15 mai 2018, dite circulaire Collomb, suscitent aujourd’hui la plus grande inquiétude des acteurs du secteur culturel tant les dépenses induites risquent de mettre en danger la pérennité même des manifestations culturelles. Le SMA, syndicat des musiques actuelles, et le Prodiss, syndicat national du spectacle musical et de variété, ont ainsi engagé un recours contentieux contre cette circulaire qui prévoit que toute intervention en lien direct avec l’événement, dans le périmètre dit « missionnel » sera désormais à la charge de l’organisateur, en sus des services de sécurité privés déjà employés par les organisateurs.

            Par ailleurs, l’appréciation des forces de l’ordre nécessaires à déployer sur les festivals peut être estimée, désormais, unilatéralement dans une convention par les services de gendarmerie ou de la police. Or les discussions préalables nécessaires pour l’établissement de ces conventions sont souvent trop tardives et ne laissent guère la possibilité aux organisateurs d’inclure les frais liés à la sécurité dans le budget prévisionnel.

             Comment se définit un périmètre « missionnel » dont la responsabilité dépend des services de l’Etat ? Cela dépend des situations, de la volonté de chaque partie à faire en sorte que tout se passe le mieux possible pour le public, les artistes et les organisateurs.

            De nombreux festivals risquent fort de ne pouvoir survivre face à l’accroissement des coûts de sûreté, notamment les festivals indépendants dont l’équilibre budgétaire est déjà fragile. Atout majeur pour la richesse culturelle, pour le développement économique local et touristique en particulier en Bretagne et en Finistère, les festivals doivent être soutenus et l’Etat doit poursuivre son accompagnement financier afin de permettre à la fois un accueil sécurisé du public et un avenir soutenable pour ces manifestations culturelles.

             

Zoom
    • CRA 2017 2018 Couverture.jpg
En ce moment je travaille sur...
Equipe
      • 0804313.jpg
      • Tiphaine Vancon.jpg
      • agenda seafm.jpg
L'équipe de Maryvonne Blondin à votre écoute...
Espaceur
Filet
Espaceur
Toute l'équipe
Liens