AccueilPlan du siteContact
Espaceur
Espaceur

Sénatrice du Finistère & Membre du Conseil de l'Europe
 

FacebookTwitter

    • bd maryvonne blondin cache.png
    • tof1.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • tof2.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • qm09 2420664 2 px 501  w ouestfrance .jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • 253841387 jean pierre chevenement elu senateur charles millon et dominique paille.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • IMG 7234.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • IMG 7427.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • IMG 7456.jpg
 
Zoom
      • Solidarités
      • Question écrite sur la fermeture d’un lieu d’accueil pluridisciplinaire pour les femmes victimes de violences à Lorient

      • Date de publication
      • 15/10/2018
          • Maryvonne BLONDIN souhaite attirer l’attention de la Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes sur la fermeture de « Moments pour Elles », lieu d’accueil pluridisciplinaire pour les femmes victimes de violences conjugales à Lorient, en novembre 2017, faute de financements suffisants.

            Ouverte trois-demies journées par semaine, cette structure a accompagné une centaine de femmes par an de 2015 à fin 2017 : un accompagnement juridique, psychologique et social spécialisé, anonyme et gratuit était mis à leur disposition et permettait de faciliter leurs démarches. La fermeture de cet accueil de jour complexifie largement le parcours des femmes victimes de violences, déjà fortement fragilisées : désormais, seule une permanence juridique ouverte une journée par semaine demeure à Lorient ; pour un accompagnement psychologique, les femmes doivent se tourner vers des consultations payantes et non-remboursées des psychologues libéraux ou dans les centres médico-psychologiques dont les délais de prise en charge sont très longs ; l’accompagnement social est quant à lui inexistant.

            La situation lorientaise n’est malheureusement pas un cas isolé : à Boulogne-Billancourt, le CIDFF a fermé ses portes au bout de 45 ans ; à Saint-Denis l’existence de la Maison des femmes est menacée faute de financements pérennes ; à Lille, l’association Echappées a dû organiser un appel aux dons pour finaliser son budget et éviter la fermeture.

            Pourtant, le nombre de femmes victimes de violences physiques et/ou sexuelles commises par leur actuel ou ancien conjoint ne faiblit pas en France : en 2016, 123 femmes ont été tuées par leur partenaire ou leur ancien conjoint, soit une tous les trois jours ! 25 enfants mineurs sont décédés, tués par l’un de leurs parents dans un contexte de violences conjugales. En dépit des mesures mises en œuvre ces dernières années pour éradiquer ce fléau, force est de constater que trop souvent encore, les femmes n’osent pas consulter les professionnels à même de les écouter, de les accompagner et de les secourir. Face à la complexité de ces situations tant d’un point de vue psychologique qu’organisationnel et financier, la fermeture d’un lieu d’accueil de proximité pour ces femmes victimes de violences ne peut qu’entraver encore davantage leur démarche.

            A l’heure où le Président de la République s’est engagé à faire de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les violences faites aux femmes la grande cause de son quinquennat, l’absence de réaction des pouvoirs publics face à ces nombreuses fermetures de lieux apparaît pour le moins paradoxale.  

            A la suite de la tribune de Muriel ROBIN et de la pétition qu’elle a initiée, vous avez annoncé, un plan comportant cinq mesures pour lutter plus efficacement contre les violences conjugales. Il est regrettable qu’aucune aide financière aux lieux d’accueil de proximité menacés financièrement ne soit évoquée. Il convient de rappeler, d’ailleurs, que le 5ème plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes, en vigueur depuis 2017, prévoit de renforcer les lieux d’écoute, d’accueil et d’orientation tout comme les accueils de jour et le maillage territorial pour les victimes de violences au sein du couple. Il semble que la politique en vigueur et les moyens qui y sont alloués ne soient pas à la hauteur de ce défi que notre société doit relever.

            A l’heure où la parole des femmes semble se libérer, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de déployer tous les dispositifs nécessaires à leur accompagnement.

            Aussi, elle souhaite donc interroger Madame la Ministre sur les mesures qu’elle entend prendre pour favoriser le maintien des lieux d’accueil de proximité des femmes victimes de violences.

Zoom
En ce moment je travaille sur...
Portrait
Portrait de Maryvonne Blondin
Equipe
      • 0804313.jpg
      • Tiphaine Vancon.jpg
      • agenda seafm.jpg
L'équipe de Maryvonne Blondin à votre écoute...
Espaceur
Filet
Espaceur
Toute l'équipe
Liens