AccueilPlan du siteContact
Espaceur
Espaceur

Sénatrice du Finistère & Membre du Conseil de l'Europe
 

FacebookTwitter

    • bd maryvonne blondin cache.png
    • tof1.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • tof2.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • qm09 2420664 2 px 501  w ouestfrance .jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • 253841387 jean pierre chevenement elu senateur charles millon et dominique paille.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • IMG 7234.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • IMG 7427.jpg
    • bd maryvonne blondin cache.png
    • IMG 7456.jpg
 
Zoom
      • Service Public
      • Question écrite sur la mention du n tildé à l'état civil

      • Date de publication
      • 11/09/2017
          • Madame Maryvonne BLONDIN souhaite interpeller Madame la Garde des Sceaux sur l’emploi du tildé dans les documents officiels de l’administration.

            Depuis le mois de mai 2017, la presse relaye les difficultés auxquelles se trouve confronté un couple rospordinois pour l’état civil de leur enfant. Si le service d’état civil a accepté cette orthographe, le procureur de la République de Quimper a refusé de valider la graphie du prénom breton Fañch, invoquant une circulaire datant du 23 juillet 2014 qui émane du Ministère de la Justice. Celle-ci rappelle en effet que le français est la langue de l’administration, précise les signes diacritiques utilisables pour l’état civil et rejette le /ñ / considéré comme étranger. Des difficultés similaires ont été rencontrées au Tribunal de Grande instance de Bayonne pour l’inscription à l’état civil de prénoms ou noms de famille basques.

            Alors que la constitution elle-même reconnaît dans son article 75-1 les langues régionales comme « langues de France » appartenant au patrimoine national, la langue bretonne comme le basque et d’autres langues régionales encore se trouvent, dans ces affaires, reléguées au rang de pratiques accessoires.

            Pourtant, ce signe est utilisé depuis des siècles, en latin, en français, en gallo, en breton, en basque. Il n’est pas une exclusivité castillane. Le Conseil Culturel de Bretagne vient de réaliser, à cet effet, une étude retraçant la manière dont le n tildé est devenu étranger aux yeux de notre administration alors même que son utilisation est historique : appelé « tiltre » en France au Moyen-Age, il est utilisé par la royauté dans ses écrits officiels et apparaît même dans la célèbre ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 qui impose l’utilisation de la langue française dans les actes de justice dans le domaine royal de l’époque!

            Le Président de la République a marqué son attachement à la diversité culturelle et linguistique et sa volonté de voir ratifier la Charte européenne des langues régionales durant son mandat. Dès lors, le refus de la mention du tildé à l’état civil apparaît aujourd’hui obsolète et vexatoire pour l’ensemble de nos cultures régionales qui en usent.

            Maryvonne BLONDIN interroge donc Madame la Ministre de la Justice sur les dispositions juridiques qu’elle entend prendre pour résoudre cette question et permettre la mention du ñ dans l’ensemble des documents administratifs.

Zoom
    • CRA 2016 2017 Couv.jpg
En ce moment je travaille sur...
Portrait
Portrait de Maryvonne Blondin
Equipe
      • 0804313.jpg
      • Tiphaine Vancon.jpg
      • agenda seafm.jpg
L'équipe de Maryvonne Blondin à votre écoute...
Espaceur
Filet
Espaceur
Toute l'équipe
Liens