AccueilPlan du siteContact
Espaceur
Espaceur

Sénatrice du Finistère & Membre du Conseil de l'Europe
Conseillère Générale de Quimper

FacebookTwitter

 
Bienvenue
      • Vous reprendrez bien un peu de culture ?

      • L’article 27 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de l’Unesco érige les droits culturels comme droits fondamentaux : « Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer aux progrès scientifiques qui en résultent. Chacun a le droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur ». Tous les élus ont donc le devoir de les faire respecter !

        A l’heure où toutes les collectivités territoriales doivent contribuer plus fortement à l’effort de réduction de la dette publique du pays, à l’heure où s’élaborent de difficiles décisions budgétaires, les choix des collectivités reflètent leur vision politique.

        Force est de constater que le secteur de la culture est attaqué de plein fouet !

        Or la culture s’avère essentielle à l’épanouissement de chacun, à l’ouverture d’esprit, au développement de l’imaginaire, aux découvertes ! Il est nécessaire d’en permettre l’accès à chacun et à chacune, et en particulier à celles et ceux qui n’osent pas pousser les portes d’une médiathèque, d’un théâtre ou d’un musée... L’accessibilité, la démocratisation culturelle sont des enjeux pour les élus nationaux et locaux !

        Depuis plus de quarante ans, le territoire national, rural et urbain, a été maillé d’équipements permettant des pratiques culturelles, des représentations diverses et variées, des résidences d’artistes…répondant ainsi aux besoins et aux attentes de nos concitoyens en matière de cohésion sociale, de mieux vivre ensemble. Car comme le disait Milan Kundera, « la Culture c’est la mémoire du peuple, la conscience collective de la continuité historique, le mode de penser et de vivre. ».  

        Je crois en cette nécessité d’initier à la Culture tout comme au sport ou à la cuisine ! C’est l’éducation artistique qui donne aux jeunes le courage de franchir les « frontières » et de développer pleinement leur personnalité ! C’est l’éducation culturelle qui apprend à travailler efficacement ensemble dans le respect et la compréhension de chacun au sein d’équipes diverses. L’éducation dans une société démocratique est intrinsèquement liée à ces qualités artistiques et culturelles. Elle participe de la lutte contre les inégalités sociales en permettant à chacun d’accéder à la culture, de développer toutes ses potentialités et ses capacités.

        Je tiens à saluer l’indispensable travail de médiation culturelle : par exemple, au Musée des Beaux-arts de Quimper, au Musée départemental breton, au Centre d’Art contemporain entre autres... Je salue aussi l’action du Conseil général dans le domaine artistique et culturel dans les collèges. Le Finistère a été l’un des premiers à avoir mis en œuvre le schéma départemental artistique et culturel découlant de la loi 2004, ainsi que le SOLIMA. Ce travail conjoint des établissements scolaires et du Conseil général est essentiel car il contribue à rendre la culture accessible aux jeunes, à les sensibiliser le plus tôt possible. Des jumelages artistiques sont signés entre collège et Conseil Général : par exemple celui liant le collège Laennec, Très Tôt Théâtre et la salle du Triskell à Pont l’Abbé qui a pour objectif d’initier les adolescents au spectacle vivant, et qui y parvient avec succès ! Toutes ces actions permettent de démystifier ce monde inconnu pour nombre d’élèves, et de leur donner les clefs pour mieux l’appréhender.

        Bien évidemment, comme dans tous les domaines, on ne peut ni aimer toutes les formes d’art, ni tous les types de spectacles; sans pour autant remettre en cause la liberté de création, ni la liberté de programmation. D’ailleurs cette liberté de création est l’un des éléments réaffirmés dans le texte de la prochaine loi de Fleur Pellerin.

        Le gouvernement est parvenu à sanctuariser le budget alloué à la Culture au sein du Projet Loi Finances 2015 et ceci pendant trois ans. C’est là un engagement fort et une reconnaissance indispensable pour le monde de la Culture, dont je ne peux que me réjouir. Cette stabilisation révèle une vision de la Culture considérée non plus comme un secteur creusant les dépenses publiques mais bien comme un champ générateur  de richesses à tous égards.

        La Culture estabsolument nécessaire à la vitalité et à l’attractivité de nos territoires et de notre pays ! Cette vision met fin à la sempiternelle opposition entre Culture et Economie ! Opposition d’autant plus contestable et contreproductive que, faut-il le rappeler, le poids économique de la Culture dans le PIB a doublé depuis 1960 et les activités culturelles représentent 3.2% du PIB ! (670 000 emplois non délocalisables, plus que le secteur automobile !) L’investissement de fonds publics dans ce secteur participe du chemin menant vers la sortie de la crise et nous ne pouvons nous passer de son dynamisme. Véritable pilier de notre société, il doit ainsi être soutenu par l’Etat mais aussi par les collectivités territoriales. Que serait le Finistère sans toutes ses formes de culture ?

        L’ensemble des acteurs publics et culturels doit se mobiliser et s’associer dans cette perspective. Si nous voulons éviter la fragilisation de ce secteur, il devient urgent de réaffirmer le pacte culturel entre l’Etat, les collectivités et les acteurs culturels, et de rappeler la responsabilité des uns et des autres et de travailler en mutualisant les moyens humains et financiers. L’intervention conjointe, en matière de politique publique culturelle d’une multiplicité d’acteurs, tant déconcentrés que décentralisés, constitue un atout et une force que nous devons préserver.

        Depuis le premier acte de la décentralisation, chaque niveau de collectivité, la région, le département mais aussi les EPCI, les communes, participe au développement de l’art et de la culture à l’échelle de son territoire. Et c’est toujours le cas ! L’élaboration d’une politique culturelle avec l’ensemble de ces acteurs, en lien avec l’Etat et ses services déconcentrés constitue la garantie, en cette période difficile, de la pérennité du secteur. En cela, les élus locaux disposent d’un rôle fondamental dans l’affirmation et le soutien renouvelé à la politique culturelle, tant du point de vue des financements qui lui sont alloués que dans le discours prononcé à son intention. L’illustration en Finistère, c’est le festival des Rias voulu et porté par la Cocopaq et ses 16 communes !

        La DRAC a toute sa place dans les régions. Elle demeure le garant de l’accès aux pratiques culturelles pour chacun. La prochaine loi« liberté de la création, patrimoine et architecture », permettra d’assurer l’innovation, la diversité, le développement et le rayonnement de ce secteur. L’émergence de nouveaux talents et le soutien aux pratiques amateurs constituent aussi des priorités. La France dispose d’un véritable vivier de créativité grâce aux nombreux établissements d’enseignement supérieur présents sur le territoire. Il s’agit aujourd’hui d’accompagner les jeunes créateurs et les jeunes artistes, qui incarnent l’avenir culturel de notre pays, en Europe et dans le monde !

        A l’heure où la culture fait l’objet de nombreuses attaques, n’oublions pas l’importance qu’elle recouvre pour l’ensemble de notre société et pour chacun d’entre nous. La culture est un outil de construction massive !

        Gardons en mémoire les vers d’Yvon Le Men : « A quoi servent les artistes dans ce monde qui préfère les chiffres aux lettres et dont la folie des chiffres menace de nous faire chavirer dans le chaos ?

        Que celui qui n’a besoin ni de chansons, ni d’images, ni de poèmes, ni de romans, ni de films, ni de pièces de théâtre, ni de musique, pour que se dise sa vie quand il ne sait plus la dire, pour que s’écoule son chagrin quand il ne sait plus pleurer, que celui-là tranche la gorge aux oiseaux.

        Que celui qui n’a pas besoin d’artiste retienne ses larmes à jamais et brise par avance ses éclats de rire. ».

         

Zoom
En ce moment je travaille sur...
Portrait
Portrait de Maryvonne Blondin
Equipe
      • 0804313.jpg
      • Tiphaine Vancon.jpg
      • agenda seafm.jpg
L'équipe de Maryvonne Blondin à votre écoute...
Espaceur
Filet
Espaceur
Toute l'équipe
Liens